samedi 11 juillet 2009

Une journée de ma vie d'infirmière

Difficile de se remettre à écrire après une semaine de vacances passée chez mes parents dans la Drôme des collines… J’ai bien essayé de finir ce post pendant mes vacances mais entre un plongeon dans la piscine et écrire sur une journée de travail, le choix était vite fait !

J’ai donc décidé de vous raconter une journée type d’une infirmière en réanimation à New York. Ne soyez pas étonnés, ça ressemble beaucoup à la journée d’une infirmière en réanimation en France.

Réveil à 5h30. Après un bon café latte fait maison, je saute dans un «yellow cab», direction l’hôpital.
En arrivant dans le service, je fais le tour du service et choisis le groupe de patients que je prendrai en charge pour la journée.
Nous appliquons dans notre unité la règle du premier arrivé, premier servi (first come, first serve). C’est une règle que je n’ai jamais vu appliquer ailleurs qui veut que les infirmières arrivant le matin choisissent leurs patients en fonction de leur ordre d’arrivée. Certaines de mes collègues arrivent donc à 6h pour prendre la relève à 7h30 seulement. J’ai choisi d’arriver tôt pour pouvoir choisir mes patients et ne pas hériter de ceux dont personne ne veut (obèses trop lourds à repositionner, alcooliques trop agités, patient dont les familles sont trop présentes…), quitte à me lever beaucoup plus tôt.
Puis direction le Starbuck’s pour un second café ! Il me faut bien ça pour affronter ma journée de 12h30 de travail...
Après une demi-heure de transmission de 7h30 à 8h pendant laquelle les infirmières de nuit nous présentent les patients, nous démarrons la journée par un examen clinique approfondi des patients, vérifions les alarmes des paramètres vitaux sur les moniteurs, ainsi que les doses des médicaments administrés en continu.
L’examen clinique est constitué de l’analyse de l’état de conscience du patient, cotation du score de Glascow, l’analyse du rythme cardiaque, la vérification de la présence et l’intensité des pulsations aux extrémités, l’auscultation des bruits des poumons ainsi que la présence de ceux des intestins aux quatre quadrants de l’abdomen, palpation de l’abdomen.
Je m’installe ensuite devant un des ordinateurs du service et passe entre une demi-heure et une heure à remplir des pages de détails sur mon examen clinique, les actions mises en place pour assurer la sécurité du patient et l’administration des médicaments. Et comme si cela n’était pas suffisant, nous remplissons également une feuille de soins.
La partie administrative est extrêmement importante aux Etats-Unis notamment à cause des nombreux procès intentés par les patients et leurs familles contre les hôpitaux, médecins et infirmières.
Après avoir fini mon travail de «charting» sur l’ordinateur, il est temps de préparer les médicaments de 10h.
La titration de la plupart des infusions, notamment les sédatifs (diprivan, morphine, lorazepam) et les catécholamines, est laissée à la charge des infirmières.
Les soins de bouche ainsi que le repositionnement les patients afin de prévenir les escarres s’effectuent toutes les deux heures. Le repositionnement s’effectue en général avec une aide-soignante, mais comme nous n’en avons qu’une seule pour douze patients, je perds souvent beaucoup de temps à la chercher.
La visite des médecins s’effectue également le matin et nous décidons du plan de soin de notre patient pour la journée.
Dans la matinée, la «charge nurse» répartit les pauses-repas. Nous sommes en général mises en binôme et surveillons les patients de l’autre infirmière pendant l’heure de pause.
L’après-midi est occupé par la distribution des médicaments, la surveillance étroite des paramètres vitaux et les toilettes des patients. Les pansements de voies veineuses centrales sont effectués à l’aide d’un kit contenant des gants stériles, un masque, deux cotons-tiges imbibés d’antiseptique, un petite compresse et un pansement transparent. Pas terrible comparé à la technique française où même l’infirmière s’habille en stérile ! Les lignes des cathéters sont changées tous les 4 jours. Quant aux sondes d’intubation, nous changeons leurs attaches avec l’aide des «respiratory therapist» qui sont des professionnels de santé spécialisés sur la respiration. Ceux-ci s’occupent de tout ce qui concerne les traitements respiratoires (nébulisations, ventilateurs, etc.). Ils relèvent les paramètres des respirateurs régulièrement (les infirmières le font aussi sur leur feuille de soin), règlent les alarmes, aspirent le patient occasionnellement.
Les amples horaires de visite accordés aux familles et connaissances qui s’étalent de 11h à minuit ajoutent une charge de travail conséquente car il nous faut répondre aux multiples questions et demandes des familles.
La journée s’achève à 20h après avoir fait les transmissions à l’infirmière de nuit.

7 commentaires:

Adeline a dit…

En effet ca ressemble a nos journees d'infirmiere de rea en France, avec un peu moins de charting en effet.
De te lire me rappelle a quel point ce boulot me manque... j'irai bien te remplacer une fois de temps en temps :-)

Audrey a dit…

Choisir ses malades pour ne pas écoper des obèses et autres alcooliques?
Quelle drôle d'idée... qui ne me plaît guère à vrai dire...
Je suis sûrement un peu old school, service publique, prendre tout le monde en charge à égalité, etc...
Sinon, pour les auscultations, nous, on fait pas ça ;-))
Et 12h00 en réa, ça me semble une tranche horaire énorme!
Ah, et bien sûr, en France, les infirmières ne partent pas au travail en taxi, mdr!
(Je me présente un peu quand même, je travaille en hémato-cancero dans un grand CHU de province, j'ai 32 ans, et 8 de pratique.)

Laurent a dit…

12h30 par jour, c'est un choix ? Combien d'heures par semaine ? La retraite à 67 ans ?
Quand tu es payé, tu cotises pour une retraite et une sécu ?

En France la retraite... ce sera bientôt pour 67 ans et en allemagne il parle d'instaurer 69 ans d'âge minimum pour partir en retraite...

Audrey a dit…

Mouarf.
Infirmière à 70 ans, je m'y vois...

Laurent a dit…

Infirmière à 70 ans, je pense que si on travaille en maison de retraite on aura droit à notre chambre ;-))

Anonyme a dit…

Les "respiratory therapist" sont un peu l'équivalent des kine en france alors, non ? Je suis surpris pour les pansements des voies veineuses centrales oui, ça fait léger ! Surpris aussi du moment des toilettes - En plus des visites tellement étalonnées ? Galère. Déjà que je trouve mes visites autorisées de 14h à 21h excessives, alors la... - tout comme du nombre d'AS pour le service - Une seule pour 12 lits... Je suis plus habitué à 2 voir 3 filles pour 10 patients.
Sinon oui, ça ressemble pas mal à la réa en france pour le coup, excepté bien sur le coup du "1er arrivé 1er servi" qui est assez terrible... Les infirmières s'occupent exclusivement de leurs patients sans aller aider leur collègue ?

julie a dit…

Salut
Moi je travaille au Québec, à Montreal. L'organsiation aux soins intensifs (=réa) est tres similaire à la tienne... Nos uavons des inhalotherapeutes qui s'occupent des respi, conjointement avec les infirmiers, et nous repartissons les patients entre nous apres avoir été attribuées à une section du departement (ex: dans mon service, il y a 4 sections: le 'I' pour les patients infectés, ce sont des chambres à pressions negatives, le 'C' pour le centre, l'arriere, et l'unité coronarienne, equivalent des soins intensifs cardiologiques en France. On ausculte aussi nos patients, verifions les electrolytes et les corrigeons nous-meme ex: hypokaliemie, on fait beaucoup plus d'education aux patients et aux familles, ainsi que du soutien, car ...on a beaucoup plus de temps pour le faire, ma charge de travail etant environ moitiée moins lourde qu'en france. Perso, j'adore travailler comme ca. J'ai le temps de comprendre tout ce que je fais, de poser des questions aux residents (=internes), de comprendre la degradation ou l'ameliration de l'etat clinique de mon patient...

Pour parler d'argent, ici je gane a paeu pres l'equivalent de ce que je gagnais en France, soit environ 1000 $ par 2 semaines, soit environ 2000 à 2400 $ net par mois. Je fais aussi des heures supplementaires payées a taux et demi apr bloc de 4h ou de 8h. Ma base reguliere de travail est a temps partiel, a 70% d'un temps plein, et chaque minute que je travaille en excedent m'est payée en heure supllémentaire, tout comme les formations que l,on recoit.